Avis de publication : EcrIn dans « Les batailles de Marseille »

 

Marseille, ville d’immigration, est-elle une ville de batailles ?

Stéphane Mourlane et Céline Regnard, chercheurs associés à l’Anr EcrIn, présentent un ouvrage collectif publié aux Presses universitaires de Provence (2013). Plusieurs membres du projet Anr EcrIn figurent au sommaire parmi lesquels Yvan Gastaut et Julien Gaertner dont les écrits s’appuient sur des archives audiovisuelles.

 

Ce livre a pour ambition de déconstruire les idées reçues sur les rapports qu’entretiennent les phénomènes migratoires et les affrontements conflictuels, porteurs de violence. Cette vision de la ville comme un terrain d’affrontement aborde la question de la migration comme facteur de violence en explorant la notion de xénophobie, et en quoi elle a été le théâtre de conflits venus d’ailleurs. Se départir d’une lecture stéréotypée de l’histoire marseillaise, c’est peut être ne pas y voir le récit d’une cohabitation sans heurts, ni celui d’une xénophobie sans cesse renouvelée. Ce faisant, ce livre se veut un examen lucide du cosmopolitisme marseillais du XIXe au XXe siècle.

 

SOMMAIRE : 

Introduction (Stéphane Mourlane/Céline Regnard)

La figure de l’ennemi

Aurélia Dusserre (Aix-Marseille Université) : L’image des étrangers à Marseille dans L’Invasion de Louis Bertrand (1907)

Laurence Montel (Université de Caen) : “Mi sang français et italien”. La perception du nervi et du métissage marseillais par un préfet en 1894

 Stéphane Kronenberger (Université de Nice) : Mutation de la présence germanique et présence de la xénophobie 1906-1920

Yvan Gastaut (Université de Nice) : Marseille, 1973. Une ville sous tension, sur fond de chasse à l’ “Arabe”

Julien Gaertner (Université de Nice) : Héros et antihéros marseillais sur grand écran : l’ambivalence des représentations de la violence immigrée (1995-2010)

Batailles d’ici, conflits d’ailleurs

Simon Sarlin (Université de Grenoble) : Marseille, ville blanche : les enjeux politiques et policiers de la mobilisation contre l’unité italienne entre 1860 et 1864

Stéphane Mourlane (Aix-Marseille Université) : De la violence entre fascistes et antifascistes italiens à Marseille

Robert Mencherini (Aix-Marseille Université) : Violences et conflits dans les camps pour travailleurs indochinois à Marseille dans les années 1940 

Laurent Bocquillon (Aix-Marseille Université) : Football et violence : le cosmopolitisme marseillais a l’épreuve de la coupe du monde 1998

D’autres lignes de fronts

Jean-Claude Farcy (CNRS) : Les migrations, facteur de délinquance ? Représentations et approches historiques

Xavier Daumalin (Aix-Marseille Université) : De l’usage mémoriel du massacre d’Aigues-Mortes par les ouvriers italiens

Laurent Dornel (Université de Pau) : Les paradoxes de la xénophobie ouvrière : immigration et violence (1880-1914)

Céline Regnard (Aix-Marseille Université) : Une société xénophobe ? Marseille à la fin du XIXe siècle

Sylvain Pattieu (EHESS) : Batailles pour le trottoir. Migrants et proxénètes dans les années 1920

Postface

Laurent Mucchielli (LAMES) : Déconstruire la représentation sociale du lien « naturel »entre immigration et délinquance

 

Pour commander l’ouvrage : 

Presses Universitaires de Provence

Aix-Marseille Université

29, avenue Robert-Schuman – 13 621 Aix-en-Provence CEDEX 1 Tél. 04 13 55 31 93 – Fax 04 13 55 31 80 – valerie.julia@univ-amu.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *