Avis de publication : l’Anr EcrIn dans « Hommes et Migrations »

L’article de Julien Gaertner « Une nouvelle “Nouvelle Vague” ? – Comment l’immigration maghrébine régénère le cinéma français (1970-2012) », ouvre le dernier numéro de la revue Hommes et Migrations consacrée aux « Migrations en création » (N°1297, mai-juin 2012). Ce dossier fait état de plusieurs travaux menés dans le champ de l’histoire culturelle ou de la sociologie de l’art associé aux problématiques migratoires et qui constituent aujourd’hui de nouveaux chantiers de recherches. Deux entrées thématiques complémentaires sont explorées : l’analyse des expressions artistiques qui prennent comme problématique les réalités migratoires ; les représentations des migrations inscrites dans l’art contemporain.

L’article se concentre sur la place réservée aux immigrés dans le cinéma français, jadis cantonnés aux seconds rôles, qui a dû vite leur sembler trop étroite. Au tournant des années quatre-vingt-dix, les enfants de l’immigration maghrébine, devant et derrière la caméra, se chargent d’une critique sociale du fonctionnement de la société française, de ses cloisonnements, de ses plafonds de verre. Avec humour, art du décalage et force du discours, ils produisent de véritables succès populaires, font émerger des acteurs adulés du public, comme en son temps la Nouvelle Vague.

Le film « Nouvelle vague. Quand le cinéma prend des couleurs », sera projeté au Festival Les Pépites du Cinéma

Le festival Les pépites du cinéma programme le film documentaire de Julien Gaertner et Édouard Mills-Affif « Nouvelle vague. Quand le cinéma prend des couleurs » (Jem Productions/France 5) le dimanche 14 octobre à 17h au Cinéma l’Étoile à La Courneuve.

Une occasion de voir ou revoir ce film réalisé dans le cadre de l’Anr EcrIn.

Journées de l’ANR EcrIn les 19 et 20 novembre 2012

Après la rencontre du 8 juin 2012 à l’Urmis (Université Nice-Sophia Antipolis), l’ANR EcrIn poursuit ses activités à l’Université de Provence. Le laboratoire Telemme organise les 19 et 20 novembre deux journées de travail : la première journée sera consacrée à une présentation et à une réflexion autour des ressources de l’INA en partenariat avec L’INA-Méditerranée, tandis que la deuxième portera sur le thème du témoin à l’écran.

Le programme et les informations détaillées seront bientôt publiées sur cette même page.

 

L’affaire « Allah » de Véronique Sanson en 1989. La télévision française se crispe sur l’islam


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au mois de mars 1989, alors qu’il passe sur les ondes depuis la fin de l’année précédente, le morceau « Allah » de la chanteuse Véronique Sanson fait polémique. Dommage collatéral de l’affaire des « Versets sataniques » de Salman Rushdie qui fait alors la une des journaux télévisés, « l’affaire Sanson » qui la suit met en avant une crispation autour de la question de l’islam en France. Supposément menacée de mort par des « intégristes », la chanteuse, annonce lors d’une conférence de presse qu’elle décide de faire retirer le disque des grands magasins et de ne plus interprèter plus le morceau sur scène. « Allah » défraie la chronique de longs mois, posant la question de la liberté d’expression en France, liberté possiblement menacée par les musulmans. Informations télévisées et reportages en faveur de la chanteuse se multiplient sur le petit écran, bien que les paroles puissent être sujettes à caution. Révélatrice d’un moment de crispation sur la place de l’islam en France à la télévision, l’affaire Allah précède celle des foulards de Creil au mois de septembre de la même année.

Une étude proposée par Julien Gaertner dans le cadre de l’Anr EcrIn.