Diffusion du film documentaire « Nouvelle Vague. Quand le cinéma prend des couleurs » le 26 avril sur France 5

Le 26 avril à 21h35, la chaine France 5 diffusera le film documentaire « Nouvelle Vague. Quand le cinéma prend des couleurs » de Julien Gaertner et Édouard Mills-Affif, chercheurs à l’Urmis et membres du projet ECRIN. Le film est tiré de la thèse de Julien Gaertner sur L’image de l' »Arabe » dans le cinéma français de 1970 à nos jours.

La bande-annonce peut-être consultée sur le site de Jem productions : http://www.jemproductions.fr/documentaire/nouvelle-vague/#vid.

Résumé du film : Sa bonne santé actuelle, le cinéma français la doit en grande partie au talent des enfants de l’immigration. Ils crèvent l’écran, raflent les César, et comptent incontestablement parmi les nouvelles stars du septième art. Mais la route a été longue avant de décrocher les premiers rôles, avant de jouer autre chose que « l’arabe de service » et de pouvoir être reconnus comme des artistes à part entière. « Nouvelle vague » raconte cette lutte contre les préjugés, une bataille pour la reconnaissance de plusieurs générations de cinéastes et d’acteurs qui parviennent à briser les barrières de l’imaginaire national pour s’imposer au centre de l’industrie cinématographique. Une histoire comme le reflet d’une immigration réussie.

Intervenants : Nassim Amaouche, Souad Amidou, Djelloul Beghoura, Kader Boukhanef, Mehdi Charef, Malik Chibane, Karim Dridi, Ali Ghanem, Hammou Graïa, Reda Kateb, Sabrina Ouazani, Smaïn, Zinedine Soualem, Mahmoud Zemmouri…

Extraits de films : Bye-Bye de Karim Dridi, 1995 ; Le ciel, les oiseaux…et ta mère, de Djamel Bensalah ; L’Esquive, d’Abdellatif Kechiche, 2004 ;  La Graine et le mulet, d’Abdellatif Kechiche, 2007 ; La Haine, de Mathieu Kassovitz, 1995 ; Hexagone, de Malik Chibane,  1994 ; Indigènes, de Rachid Bouchareb, 2006 ; Mektoub ?, d’Ali Ghanem, 1970 ; On peut toujours rêver, de Pierre Richard, 1991 ; Prends 10000 balles et casse toi, de Mahmoud Zemmouri, 1982 ;  Le Thé au Harem d’Archimède, de Mehdi Charef, 1985 ; Wesh wesh, qu’est-ce qui se passe ? de Rabah Ameur-Zaïmeche, 2002 ….